02 96 52 12 25

EVENEMENTS & ARTICLES

Oeuvrons ensemble vers une culture avec et pour tous

Art Rock – Grande scène + scène B du samedi

juin 8th, 2019 | Culture-Zatous | Tags:
Carte non disponible

Date / Heure
Date(s) - 08/06/2019
18 h 30 min - 23 h 30 min

Emplacement
Festival Art Rock

Catégories

0


Culture Zatous et le Festival Art Rock renouvellent leur partenariat pour votre plus grand plaisir. Vous êtes nombreux à nous demander des places c’est pourquoi nous sommes dans l’obligation de limiter les réservations à 5 places maximum par structure. Le ou la bénéficiaire ne pourra réserver qu’un seul soir.

Nous souhaitons également attirer votre attention sur l’importance de votre engagement à réserver des places. Nous avons eu un retour du festival concernant l’édition précédente. Certaines personnes qui avaient réservé des places ne les ont pas utilisées alors que de nombreuses personnes nous avaient fait la demande. C’est à vous référent d’être vigilant et de réserver une place pour une personne de confiance. C’est à vous bénéficiaire de tenir votre engagement. Les personnes qui ne tiendront pas leur engagement, ne pourront bénéficier de places pour les éditions suivantes. Nous devons être attentifs si nous souhaitons poursuivre notre partenariat avec Art Rock.

Programmation Grande scène :

BCUC – 18h30/19h30

Basse terrienne, percussions traditionnelles, sifflets zoulous, chœurs masculins et féminins, rap tonitruant et dérives psychédéliques, BCUC (Bantu Continua Uhuru Consciousness) propose une musique volcanique et militante. Véritable déflagration, prônant le changement des mentalités entre chants de guerre, free funk et afrobeat, le collectif originaire de Soweto (banlieue de Johannesburg, Afrique du Sud) offre un show possédé, enchaînant leurs morceaux à une cadence folle. En ouverture de la Grande Scène samedi, cette fresque en forme de cocktail explosif à l’énergie contagieuse vous emportera dans une transe irrésistible !

 

Charlie Winston – 20h/21h

On le découvrait il y a dix ans, chapeau, costume et guitare à la main, avec le fameux Like a Hobo qui le révéla au public. Fort d’un quatrième album, Square 1, pour lequel il s’est entouré du grand joueur de kora Toumani Diabaté (Lamomali) et du chanteur Salif Keita, il est de retour sur le devant de la scène et se dévoile sous un nouveau jour. Toujours avec des textes qui touchent autant qu’ils réconfortent, mais portés par de nouvelles sonorités pop aux influences africaines, le Britannique nous embarque une fois de plus dans son univers folk. On y retrouve des mélodies joyeuses et des textes délicats prônant l’espoir, portés par des rythmiques chaleureuses et entraînantes. Sur la Grande Scène, émotion, harmonie et partage seront au rendez-vous du nouveau live de ce charmant dandy.

 

Primal Scream – 21h30/22h30

Créé par le charismatique frontman Bobby Gillespie (ex-batteur de The Jesus and Mary Chain) et le discret guitariste Jim Beattie en 1982 dans la banlieue de Glasgow, Primal Scream s’impose rapidement comme le groupe de rock le plus novateur de ces dernières années. D’abord proche de la vague pop, Primal Scream a su créer un son unique, un genre à part entière, une mosaïque de styles qui s’impose naturellement, entre rock alternatif, indie pop et acid house. Après avoir écumé la scène underground écossaise, le groupe explose à l’international en 1991 avec l’album Screamadelica, chef d’œuvre qui continue d’inspirer des générations entières d’artistes (de Kasabian à Django Django). 35 ans de carrière et 17 albums plus tard, toujours entre mille eaux et avec la même ferveur qu’à leurs débuts, on les retrouvera sur scène avec un live exceptionnel, sous forme de voyage psychédélique.

 

Charlotte Gainsbourg – 23h / 00h15

Celle qui semble faire partie de notre paysage commun depuis toujours n’est plus tout à fait la petite fille timide de l’Effrontée.  Artiste féminine de l’année aux Victoires de la musique 2018, elle se livre avec délicatesse dans son cinquième album Rest (produit par SebastiAn de l’écurie Ed Banger). Son univers singulier, aux teintes ouatées et électro pop, se déploie sous ses doigts au piano mais aussi sur scène à travers une scénographie qui brille de mille feux. La voix douce et mélodieuse de l’artiste s’envole avec volupté et enthousiasme sur des productions électroniques. Jeux de miroirs, de lumières, de séduction tant avec le public qu’avec ses musiciens… Charlotte Gainsbourg charme avec assurance, se posant enfin comme l’artiste accomplie que le monde envie à la France. À Saint-Brieuc samedi soir, c’est la promesse d’un moment de grâce et d’un public conquis touché en plein cœur. Charlotte for ever.

 

Sebastian – 00h45 / 02h00

Ultra prolifique et en perpétuelle effervescence, l’artiste electro house français a réussi en quelques années à redéfinir ce qu’est l’électro. Auteur de plusieurs disques, il multiplie les collaborations autant au cinéma – avec Quentin Dupieux pour le film Steak ou avec Romain Gavras pour Notre Jour Viendra – qu’en musique avec Kavinsky, PhilippeKaterine, Woodkid ou, plus récemment, sur le dernier album de Charlotte Gainsbourg qu’il a produit. Créateur, au même titre que Justice, du son « Ed Banger», le très cool label fondé par Pedro Winter, SebastiAn en est certainement son représentant le plus atypique. Franc-tireur, il n’hésite pas à briser toutes les règles en vigueur pour délivrer une house éblouissante, une musique à son image, humaine et viscérale. Un set étincelant en perspective sur la Grande Scène samedi soir.

Programmation scène B

Voyou 19h30 / 20h30

Regard malicieux et trompette à la main, ce drôle de garçon enchante partout où il passe. Compositeur et multi-instrumentiste, Voyou propose une pop délicate où chœurs féminins, cuivres, percussions et sons électroniques virevoltent et s’enlacent, où la chanson flirte avec l’electro chaloupée, où la sympathique nonchalance d’un Mac DeMarco côtoie la légèreté d’un Souchon. Après un EP très remarqué (Seul sur ton Tandem, 2017), Voyou sort un premier album accompagné d’un live coloré où, avec des mots simples et poétiques, il nous conte des histoires d’aujourd’hui, des histoires d’amour et d’ennui, d’ici et d’ailleurs, à l’image de son duo enthousiasmant avec Yelle. Une douce folie flottera samedi soir sur Art Rock, la musique lumineuse de Voyou faisant tourbillonner les cœurs.

 

Delgres 21h /22h

Riffs fiévreux de guitare dobro, batterie puissante, voix éraillée et sousaphone d’où s’échappent des lignes de basse : c’est ça le son de Delgres, un mélange de blues crasseux et de rythmiques créoles. Le premier album du trio originaire de Guadeloupe, Mo Jodi, nous emmène quelque part entre la Louisiane et les Caraïbes. Un blues flambé au rhum qui narre avec une douceur inouïe le combat pour la liberté, la lutte contre l’esclavagisme. Sur scène, on oscille entre la moiteur des bayous de Louisiane et des clubs caraïbéens. On pense au rock abrasif des Black Keys sur fond groove, fusion de sensualité et de révolte dans lequel Pascal Danae, Baptiste Brondy et Rafgee plongent allègrement. Le blues doucereux de Delgres embarquera le public d’Art Rock dans un voyage, une transe brûlante où corps et esprits frissonneront de concert.

 

SBRBS 22H30 / 23H30

Prononcer Suburbs. Une atmosphère singulière se dégage de l’univers de ces trois musiciens : quelque chose de rude, d’impertinent. Ils construisent une musique à l’évidence pop mais aussi puissante que leurs références anglaises et américaines, entre Queens Of The Stone Age et The Kills, avec de belles envolées rappelant celles de The XX. Rien que ça. La guitare vrombit, la voix est ultra sensuelle, le son est brûlant comme la lave. Sur scène, le résultat fonctionne à merveille et ces Briochins d’origines (deux des membres sont des anciens de The 1969 Club, accueillis au Forum en 2013) font un retour aux sources de la plus belle manière à Art Rock, promesse d’un live enflammé samedi soir sur la Scène B.

 

Aloise Sauvage 00h15 / 1h15

Plurielle, transversale, touche-à-tout, Aloïse Sauvage est une artiste inclassable et unique en son genre. Révélée comme actrice dans le film Mal de Pierres de Nicole Garcia puis plus récemment dans le multi-couronné 120 battements par minute de Robin Campillo, l’auteur-compositrice-interprète a de multiples facettes. Acrobate, danseuse et circassienne, elle explose littéralement les codes de la scène musicale actuelle avec un style et un charisme incroyable. Sur scène, sa présence irradie et impressionne, ses textes slamés touchent, pour un live véritablement jouissif. Avec humour, légèreté et tout en mouvements saccadés, Aloïse nous entraîne dans son univers si… Sauvage.


Réservations

Il reste 0 places sur 35 de disponible pour cet événement.

Cet événement est complet.


Vous devezêtre connecté pour poster un commentaire.